Mon sexfriend pratiquait le BDSM et… je l’ai essayé

Bondage-Discipline, Domination-Soumission, Sado-Masochisme, voilà donc ce que signifient les lettres BDSM. Vous l’aurez donc compris, cela renvoie à des rapports sexuels dominants dominés. Avant je ne connaissais pas ces jeux sexuels, je n’en avais pas la moindre idée. Bien sûr il m’arrivait de regarder des films dans lesquels les acteurs s’y adonnaient. Mais je pensais juste qu’il s’agissait de fantasmes que ces derniers tenaient à réaliser. À aucun moment je ne pouvais imaginer qu’il s’agissait en réalité d’un mode de vie à part entière pour beaucoup. Par la suite, j’ai eu un sexfriend qui s’y adonnait. Il m’a alors initié au BDSM.

Initiation au bdsm
Ce qu’il faut savoir sur le BDSM

Mon initiation au BDSM

Mon initiation au BDSM s’est faite de manière tellement naturelle qu’il m’arrive de me demander si je n’avais pas toujours eu un penchant pour les pratiques sadomasochistes sans vraiment m’en rendre compte. En fait, je vais tout vous expliquer depuis le début. Comme je le disais tantôt, j’ignorais ce qu’était le BDSM et je ne savais pas non plus qu’il y avait des individus qui ne pouvaient prendre plaisir en pratiquant ces jeux sexuels. J’ai fait la connaissance d’Éric il y a quelques années. C’était un très bon ami, il l’a toujours été. Il m’a assisté pendant de nombreuses épreuves et a toujours été là pour moi. Si je prends la peine de vous raconter cela, c’est pour vous faire comprendre que son rôle de sexfriend s’est imposé naturellement dans ma vie. Cela faisait un moment que je n’étais pas en couple, et comme toute femme, j’avais des envies. Un soir dans la plus grande tranquillité, je lui dis que j’avais envie de baiser (sans arrières pensées). Il m’a proposé d’y remédier personnellement et depuis, on n’arrête pas de le faire.
Mais il y avait quelque chose de particulier chez Éric. C’était sa façon de me faire l’amour. D’ailleurs, l’expression « faire l’amour » n’est pas réellement appropriée ici, il me baisait, mais pas n’importe comment. Au début, il se contentait de me maintenir bien en place et de me faire tout ce qu’il voulait (et j’avoue que j’adorais). Puis petit à petit, il a commencé à se servir de cordes, de menottes, de sacs d’enfermement. Il lui arrivait même de me fouetter. Au début je pensais que c’est parce qu’on était amis, on pouvait se permettre quelques folies, mais j’ai fini par comprendre que c’était la seule façon qu’il connaissait de faire l’amour à une femme.

Et mes ressentis dans tout cela ?

Vous savez ce qui est le plus dingue dans toute cette histoire, c’est qu’à aucun moment je n’ai eu peur. Ç’aurait pu être compréhensible, mais non ! Je n’éprouvais aucune crainte avec ses pratiques bizarres. Mieux encore (ou pire encore), j’adorais la façon qu’il me baisait. J’adorais les outils dont il se servait, la façon brutale qu’il avait de me pénétrer quelquefois, son regard, bref j’adorais tout. Et pour tout vous dire, j’ai rompu avec énormément de mecs parce que sexuellement, ça peinait à passer. Alors qu’en fait, c’est de cette agressivité dont j’avais besoin. Quand j’en ai fait part à Éric, il m’a expliqué qu’il a toujours été comme ça lui. Il a découvert le BDSM très tôt dans sa vie et depuis il n’a jamais pu baiser d’une autre façon. Il m’a expliqué en quoi consistaient la pratique et les différents jeux sexuels qu’il était possible de mettre en place et m’a même indiqué des clubs libertins dans lesquels on pratiquait du BDSM. J’ai compris que j’avais réellement besoin de ce genre de changement pour pimenter ma sexualité. Et tout comme Éric, je n’arrive plus à me passer de cette pratique, au plus grand bonheur de mes partenaires sexuels. On dirait que les hommes (en tout cas la majeure partie d’entre eux) adorent les femmes totalement soumises dans le cadre intime.

Le BDSM, la garantie d’une bonne dose d’adrénaline

Si vous êtes à la recherche de sensations fortes dans votre vie sexuelle, rien de mieux que le BDSM pour l’obtenir, vous pouvez me croire. Éric est toujours mon sexfriend. Personne ne parvient à me faire autant plaisir que lui, c’est clairement un expert dans le domaine. Il n’y a point de sentiments amoureux entre nous, les choses sont très claires. À chaque fois que l’un de nous en ressent l’envie/le besoin, l’autre est là pour l’aider à assouvir ses pulsions. Disons qu’on est des âmes sœurs sexuelles. Quoi qu’il en soit, on prend véritablement notre pied.
Le BDSM a quelque chose de particulièrement excitant, et tant que vous ne testez pas l’expérience, vous ne pourrez pas réellement comprendre. Vous allez vous faire plein de sensations avec différents plans culs. Personnellement, j’ai l’impression d’avoir toujours été une sadomasochiste. Il fallait juste le déclencher et Éric s’en est chargé. Mes parties de jambes en l’air sont meilleures depuis que j’ai découvert le BDSM. J’adore !